Quelles sont les principales causes de l’hépatite ?

Quelles sont les principales causes de l’hépatite ?

L’hépatite est une inflammation du tissu hépatique qui peut provoquer des dégâts au niveau du foie et qui aller jusqu’à une nécrose diffuse ou parcellaire du foie. Une des causes principales de l’hépatite est l’infection virale. Il existe d’autre causes comme les hépatites toxiques, liées à des médicaments ou à la consommation aigüe d’alcool. Dans le cas de l’infection virale, certaines personnes développent une hépatite aiguë qui est autolimitée et se résout avec le temps. D’autres développent une hépatite chronique. Les patients atteints d’hépatite chronique ont besoin d’une attention et d’un traitement particuliers ; sinon, la maladie peut s’aggraver et entraîner la mort.

Causes de l’hépatite :

Les principales causes d’hépatite sont les suivantes :

  1. Infection virale :

Les virus de l’hépatite sont responsables de différents types d’hépatite. L’hépatite se propage lorsqu’une personne non infectée entre en contact avec le sang contaminé d’une personne infectée par le virus. L’ingestion d’eau et d’aliments contaminés, de viande crue/non cuite et le manque d’hygiène sont à l’origine des hépatites A et E (1).

Les virus de l’hépatite par contact avec le sang d’une personne infectée, le partage d’aiguilles d’injection et les rapports sexuels non protégés provoquent les hépatites B, C et D (2).

Les hépatites B (et C) se transmettent lorsqu’une personne non infectée a des rapports sexuels (oraux, anaux et vaginaux) avec une personne infectée par le virus de l’hépatite B. Si vous n’êtes pas vacciné et que vous avez des rapports sexuels non protégés ou des contacts sexuels avec des partenaires multiples, vous avez un risque important d’avoir une hépatite (3).

  1. Exposition à l’alcool et à d’autres drogues :

L’hépatite causée par une consommation excessive d’alcool pendant une période prolongée est connue sous le nom d’hépatite alcoolique. La consommation d’alcool et d’autres drogues provoque l’inflammation et des dégâts au niveau du foie. Les cellules du foie sont endommagées par la consommation d’alcool. Avec le temps, l’hépatite alcoolique peut entraîner une cirrhose et une fibrose irréversible du foie (4).

Un surdosage en médicaments et l’exposition à des poisons et des toxines peuvent provoquer une hépatite toxique. Vous pouvez développer une hépatite toxique dans la journée qui suit votre exposition à une toxine.

  1. Troubles auto-immuns :

Une réponse exagérée et anormale du système immunitaire est souvent à l’origine de l’hépatite auto-immune, un type d’hépatite rare et de longue durée (chronique). Dans l’hépatite auto-immune, votre système immunitaire considère le foie comme un corps nuisible et fabrique des anticorps pour l’attaquer. Le résultat résulte en un foie endommagé en raison d’une inflammation continue. Les femmes ont trois fois plus de risques d’avoir une hépatite auto-immune que les hommes (5).

  1. L’ischémie :

En cas d’ischémie, votre foie ne reçoit pas suffisamment d’oxygène et d’apport sanguin, ce qui peut entraîner une blessure des cellules hépatiques. L’ischémie peut également provoquer une hépatite en raison des besoins non satisfaits du sang systémique et de l’approvisionnement du foie. L’hépatite ischémique est également appelée « foie de choc » (6).

Références:

  1. FitzSimons D, Hendrickx G, Vorsters A, Van Damme P. Hepatitis A and E: Update on prevention and epidemiology. Vaccine. 2010 Jan 8;28(3):583–8.
  2. Hepatitis [Internet]. National Library of Medicine; [cited 2021 Jul 23]. Available from: https://medlineplus.gov/hepatitis.html
  3. Cavalheiro N de P. Sexual transmission of hepatitis C. Rev Inst Med Trop São Paulo. 2007 Oct;49:271–7.
  4. Hepatitis [Internet]. nhs.uk. 2017 [cited 2021 Jul 23]. Available from: https://www.nhs.uk/conditions/hepatitis/
  5. Cropley A, Weltman M. The use of immunosuppression in autoimmune hepatitis: A current literature review. Clin Mol Hepatol. 2017 Mar 14;23(1):22–6.
  6. Seeto RK, Fenn B, Rockey DC. Ischemic hepatitis: clinical presentation and pathogenesis. Am J Med. 2000 Aug 1;109(2):109–13.
Related Posts