Cryothérapie ou thérapie par le froid

Cryothérapie ou thérapie par le froid

Cryothérapie ou thérapie par le froid.

Notre société moderne vit au gré des tendances. Que ce soit dans le domaine de la lecture, des films, de la technologie (surtout), chaque période apporte son lot de nouveautés. Et d’un point de vue médical, nous n’y échappons pas.

Pour ceux qui s’en souviennent, il y a eu l’époque des vitamines, ingurgitées massivement dans le but d’améliorer notre état de santé général. Nous avons ensuite observé une autre tendance concernant les molécules anti-oxydantes qui avaient pour finalité de lutter contre le stress oxydatif au cœur de nos tissus et de nos cellules. Depuis plusieurs années, une nouvelle technique (ou technologie dans certains cas) qui associe l’immersion brutale du corps humain dans un environnement glacé commence à apparaître progressivement dans nos sociétés. Il est cependant important de rappeler que toutes les différentes ‘vagues’ ou tendances signalées ci-dessus n’étaient pas infondées et plusieurs publications sérieuses avaient montré à l’époque un intérêt certain de ces méthodes sur notre santé.

Qu’est-ce que la cryothérapie ?

La cryothérapie, comme son nom l’indique, consiste à délivrer un traitement en utilisant le froid. Cette idée de soigner par le froid est vieille comme le monde puisque Hippocrates (460-370 avant J-C) recommendait déjà l’utilisation du froid pour soigner certaines pathologies et soulager la douleur.

Par ailleurs, les premières études remontent aux années 1970 où Toshima Yamauchi, un médecin japonais avait eu l’idée d’utiliser des cabines de cryothérapie pour soigner l’arthrite rhumatoïde.

En fait, ce nom de cryothérapie est assez général et recouvre toute une série de techniques et un ensemble de maladies diverses. La cryothérapie peut même être utilisée chez des personnes en bonne santé. Afin de clarifier ce texte et d’éviter toute confusion avec d’autres techniques médicales (cryothérapie en dermatologie par exemple), lorsque nous parlerons ici de cryothérapie, il s’agira d’immerger le corps entier dans un environnement froid/glacé. La cryothérapie consiste donc à plonger le corps entier soit dans un bain de glace, soit de le mettre pendant une certaine durée dans de l’eau froide (douche par exemple), soit d’utiliser les dernières technologies disponibles comme les cabines de cryothérapie qui commencent à apparaître petit à petit dans les villes.

Principe

Le principe est assez simple, il s’agit de placer l’organisme entier (à l’exception de la tête) dans un environnement glacé, brutalement et pendant une certaine durée qui peut être brève ou assez longue. Cet environnement peut être de l’air glacé (administré avec de l’azote liquide), un bain de glace (ou de glaçons) ou de l’eau simplement très froide. Chaque méthode est différente et présente des points positifs et négatifs. Par exemple, dans le cas des cabines de cryothérapie, les machines que l’on trouve dans le commerce envoient de l’air refroidi à -140° voire -180° et cela pendant deux à trois minutes. Il est important de bien protéger les extrémités du corps (pieds, orteils, mains et doigts) pour éviter des lésions liées à ce froid extrême. Dans le cas du bain glacé, l’exposition au froid est moins intense et peut être prolongée pour une durée plus longue.

Intérêt médical

Le but d’un point de vue médical est de provoquer un choc thermique sur l’organisme avec comme effet escompté une mise en action de mécanismes réparateurs au niveau cellulaire et tissulaire. Les premières études sur la cryothérapie du corps entier avaient porté principalement sur les sujets sportifs et athlètes pour étudier s’il était possible d’accélérer la guérison des lésions musculaires et de mieux prendre en charge la douleur. Par la suite, les études se sont etoffées et se sont concentrées sur le bien-être général, le système immunitaire et même sur une éventuelle action anti-âge. Une récente revue de la littérature par le groupe Cochrane ne permettait pas de tirer des conclusions validées d’un point de vue médical mais d’autres études sont toujours en cours. Les experts précisent qu’il est difficile de tirer des conclusions formelles tant est grande la diversité des patients et des techniques employées. Ainsi, on ne pourra pas comparer un bain de glace pendant une dizaine de minutes avec une séance de cryothérapie qui dure 2 à 3 minutes. De même, un sportif ne présente pas le même métabolisme qu’un homme sédentaire. A l’avenir, il sera important de bien préciser à quels groupes d’individus cette (ou ces) technique(s) s’adressent.

Gomel, Belarus – January 19, 2018: Unknown people visit traditional Epiphany bathing in Sozh River, Gomel, Belarus

Evidence empirique et perspectives théoriques

Une étude récente par Banfi portant sur la technique du refroidissement du corps entier a permis de mettre en évidence une modification des paramètres biochimiques et physiologiques chez des sportifs avec une réduction des molécules pro-inflammatoires et une réduction de l’état oxydatif. De même, en cas de lésions musculaires (ce qui peut survenir chez une personne sportive), on pouvait observer une élévation du taux d’enzymes musculaires réparatrices.

Une autre étude récente menée en France a permis de montrer un impact positif sur les capacités cognitives des individus en stimulant l’oxygénation du cerveau.

D’autres indications supposées de la cryothérapie concernent la fibromyalgie, la dépression nerveuse, les migraines, le vieillissement, l’amélioration de l’efficacité du système immuniatire, la prise en charge de la douleur chronique, …

Pour l’instant, même si certains résultats montrent un début de piste intéressant pour certaines indications bien précises comme la récupération musculaire, la prise en charge de la douleur musculaire ou la production d’endorphines avec un sentiment de bien-être, les études ne sont pas concluantes pour la plupart des autres indications médicales. Comme toujours dans ce cas, d’autres études devront être réalisées pour valider l’efficacité (ou non) de cette technique et surtout préciser les indications médicales réelles qui pourraient en bénéficier.

Références

Joanna Rymaszewska, Katazyna M Lion et al. Efficacy of the Whole-Body Cryotherapy as Add-on Therapy to Pharmacological treatment of Depression – A randomized controlled study. Front Psychiatry. 2020. Jun 9 ; 11 :522

Dimitri Theurot, Benoit Dugué et al. Impact of acute partial-body cryostimulation on cognitive performance, cerebral oxygenation, and cardiac autonomic activity. Sci Rep. 2021; 11: 7793.

Carol Garcia, Jay Karri et al. Use of Cryotherapy for Managing Chronic Pain: An Evidence-Based Narrative. Pain and Therapy. 10, pages 81–100 (2021)

Joseph T Costello, Philip RA Baker et al. Whole‐body cryotherapy (extreme cold air exposure) for preventing and treating muscle soreness after exercise in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2015, Issue 9. Art. No.: CD010789.

Giuseppe Banfi, Giovanni Lombardi et al. Whole-body cryotherapy in athletes. Sports Med. 2010 Jun 1;40(6):509-17. doi: 10.2165/11531940

Related Posts